Close
Crockett & Jones

Les Marques Anglaises au Pitti Uomo

David Evans, du Blog Grey Fox, traite de la forte presence du prêt-à-porter anglais au Pitti Uomo de Florence.

Les Marques Anglaises au Pitti Uomo

Bien que peu connu du grand public, Pitti Uomo, un salon biannuel se déroulant à Florence, est un incontournable pour tous ceux évoluant dans le monde de la mode masculine. Situé dans la Fortezza de Basso, un ancien fort dans le centre-ville, cet évènement regroupe le meilleur du prêt-à-porter, souliers et accessoires du monde entier. Etabli dans un décor d’opéra, Pitti Uomo attire également les hommes le mieux habillés du monde, de l’homme d’affaires au costume sur-mesure à l’apparemment négligé dandy (plus de détails sur Pitti Uomo dans les articles d’Aleks Cvetkovic).

Ce défilé de splendeur vestimentaire est mené par les italiens. Les marques italiennes et les Italiens impeccablement habillés dominent le show : style, conception et production font bien entendu partie intégrante de l’état d’esprit italien. Cependant, la présence croissante de marques anglaises a été constatée au cours des dernières années au Pitti Uomo. En effet, l’édition de Juin a vu deux acteurs principaux : d’abord, les italiens ; en deuxième, les anglais.

Le fait que plus de 100 entreprises anglaises, grandes et petites, étaient présentes, reflète une demande mondiale croissante pour les produits anglais.

Cette reconnaissance du prêt-à-porter anglais n’est pas un hasard. A l’image de Crockett & Jones, qui fabrique des souliers à Northampton depuis 1879, d’autres marques, telles que le maroquinier Ettinger, les tailleurs Gloverall, Grenfell et Chrysalis, ou encore les chapeliers Christy’s et Laird Hatters représentent un héritage de style et de qualité qui a autrefois porté l’industrie du prêt-à-porter anglais à son sommet. En effet, les formes et styles du prêt-à-porter moderne trouvent leurs origines dans la confection et manufacture anglaises. Le pays précurseur de la Révolution Industrielle a défini les différentes techniques à la base de l’industrie de l’habillement et du travail du cuir, compétences qui peuvent encore être vues chez les chausseurs tels que Crockett & Jones.

Ces compétences ont à peine survécu aux dernières décennies du 20ème siècle, lorsque l’industrie britannique a été sapée par la décentralisation de production. Cela étant, ces techniques ont aujourd’hui retrouvées leurs lettres de noblesse dans le monde, grâce à un héritage de compétences et d’expertise. Des consommateurs du Japon, des Etats-Unis et d’autres pays apprécient les décennies de connaissances appliquées à la confection d’une paire de souliers, une veste en tweed, un manteau imperméable un sac en cuir ou un chapeau de fourrure. Sans cet héritage, renforcé par des compétences de design utilisées par de grandes Maisons internationales de mode dans le monde et ayant participé à tracer un chemin rectiligne aux entreprises anglaises telles que Johnstons de Elgin, ces mêmes entreprises n’auraient pas la place proéminente qu’elles ont aujourd’hui au Pitti Uomo.

...représentent un héritage de style et de qualité qui a autrefois porté l’industrie du prêt-à-porter anglais à son sommet.

Donc, la prochaine fois que vous enfilez une paire de Crockett & Jones, un manteau ou un chapeau fait en Angleterre, souvenez-vous que les compétences nécessaires à cette fabrication ont été développés sur plusieurs décennies : la vraie qualité ne se fait pas un en jour.

Words by

David Evans

David Evans

Writer and Founder of Grey Fox Blog

David founded Grey Fox Blog in late 2011, after his desire of becoming a well-dressed Gentleman led him to explore the world of luxury menswear. The blog not only became a search for style, but also a celebration of Made in Britain. His love for British made products has not only grown since starting Grey Fox Blog but has given him opportunities to delve further into the heritage of British manufacturing by attending ateliers and factory tours up and down the British Isles. David’s articles will help bring to life the significance of ‘Made in England’.

Read more from David See all guest authors

Latest from David Evans