Close
Crockett & Jones

Une affaire de soulier Suédois…

Olof Nithenius nous emmène pour un voyage sur la route des souvenirs. Il explore comment sa passion pour des souliers de haute qualité a évolué dans sa terre natale de Suède.

Une affaire de soulier Suédois…

Comme je l’ai dit dans mon article précédent, j’aime les chaussures en général et particulièrement les souliers Anglais bien faits. De ce fait, depuis que ma passion est née, j’ai toujours apprécié Crockett & Jones. J’essayerai ici d’expliquer pourquoi et, ce faisant, vous emmènerai pour une ballade sur la route des souvenirs reflétant plus de quinze ans.

J’habite en Suède, c’est chez moi, bien que je saisisse chaque opportunité de traverser la mer pour rendre visite à mes amis des îles britanniques. Il y a très longtemps, l’offre de chaussures en Suède laissait à désirer. Pour être franc, il n’y avait pas d’intérêt et de passion dans cette partie froide du nord de l’Europe. Il y a 15 ans, j’ai recherché, comme beaucoup d’autres, des souliers de qualité et aujourd’hui la tendance s’est inversée, formant la preuve de la rapidité de changement des comportements.

C’était très compliqué de trouver un revendeur proposant le type de chaussures que je recherchais. La meilleure option, bien qu’acceptable, était la cordonnerie. La Suède a toujours possédé des cordonniers compétents et connaissant bien leur métier. Je leur rendais souvent visite et notais leur frustration dans le fait de gagner leur vie à tenter de sauver des chaussures mal faites, d’ajouter quelques mois de vie en plus à des bottes montées à la glue.

Ces hommes m’ont éduqué sur l’art subtil de la fabrication de souliers et m’ont appris qu’en investissant dans de bons souliers ils dureraient plus longtemps.

À ma bonne fortune, ces artisans avaient commencé à vendre des souliers cousus Goodyear de chez Crockett & Jones environ cinq ans auparavant, ils en expliquaient l’histoire et la plupart d’entre eux avaient visité l’usine. C&J était les souliers sur lesquels ils avaient appris leur artisanat et affiné leurs talents. Ils ont compris l’intérêt de vendre et promouvoir des souliers qui demanderaient leurs services des années plus tard. Fidéliser sa clientèle est compliqué. Leurs collections étaient limitées, avec seulement une dizaine de styles disponibles, car ces souliers étaient considérés comme trop chers et ‘exotiques’.

Ces hommes étaient en avance sur leur temps et je suis heureux de pouvoir dire que l’attitude et l’appétit à l’égard des souliers de haute qualité ont mûri pour le meilleur. Aujourd’hui l’intérêt à l’égard de chaussures bien faites est très présent en Suède et, par conséquent, l’éventail de choix est prodigieux. Cela étant dit, et malgré une compétition féroce, je crois que Crockett & Jones est le principal acteur du marché. C’est en grande partie grâce aux cordonniers qui vantaient la qualité de la Maison, un sentiment équivalent pour tous ceux qui connaissent la marque.

J’ai rencontré bon nombre d’enthousiastes et connaisseurs de la chaussure au fil des années et nous avons discuté des modèles les plus populaires de Crockett & Jones. Bien entendu, nous avons tous nos goûts et préférences, cela étant mes observations personnelles me portent à croire que la gent plus mature du nord de l’Europe préfère les modèles plus élégants avec une forme plus découpée appartenant à la Collection Hand Grade. La plus jeune population se divise en deux groupes, l’un se concentrant les modèles en daim avec une préférence marquée pour la Cavendish et la Lowndes, l’autre se penchant vers les modèles plus rigides, avec une forme rustique ou arrondie à l’instar de la Pembroke, la Grasmere ou la Coniston. Les initiés, personnes du milieu et influenceurs ont quant à eux tout misé sur la Collection Cordovan.

Aujourd’hui, l’intérêt envers des souliers bien conçus est très fort et, par conséquent, l’éventail de choix est prodigieux.

En vérifiant ma propre collection au sous-sol, oui c’est bien là que je garde mes trésors, ce n’est pas un hasard si j’ai plus de boîtes à chaussures vert foncé qu’autre chose. Je compte huit boîtes de pur patrimoine de Northampton, contenant les modèles : Lincoln, Harvard, Pembroke, Boston, Hallam, Galway II et Harlech… Oh, et une rare paire de Henley en Cordovan (un trésor sur la vénérable forme 325). Il reste encore un peu de place et je me demande quel soulier ou bottine sera le neuvième ou dixième modèle de ma collection ? Qui sait, certainement pas moi. Pour moi, tout est dans l’anticipation, la planification net considération faisant partie de la joie. Donc, Balancerais-je pour la Cavendish en Cordovan ? J’adore ce cuir, bien qu’une classique Connaught en cuir noir soit toujours dans un coin de ma tête…

Produits présentés

Words by

Olof Nithenius

Olof Nithenius

Freelance Writer, Banker and Brand Owner

Olof is a man of quality. He has followed his passion and appreciation for well-made menswear to the point of making it ‘THE’ point. His eye for detail and effortless style is remarkably British, perfectly complimented by Swedish conviction. His ability to dress down smart and dress up casual is done with such a natural ease that one might conjure up visions of a team of stylists hiding away in his closet! A man of vast Crockett & Jones experience; from being a former part-owner of C&J stockist to an avid fan of the brand, with a personal collection to rival most. Olof will bring us a touch of Swedish style and we are looking forward to it…

Read more from Olof See all guest authors